bombes à eau en éponges

Publié le par am stram mam

Oui, alors je sais, c’est la rentrée, les cartables, les agendas, les plannings tout ça…mais je voulais absolument vous montrer un bricolage qu’on aimerait bien ressortir ce week-end tiens, paraît qu’il va faire de plus en plus chaud !

pour prolonger encore un peu les vacances…


Une canicule après le 15 août, il paraît que c’est super-rare, y’z’ont dit à la météo .
(En ce qui me concerne, je m’en serais bien passée, étant donné que j’avais déjà de la fièvre, et pas que du samedi soir)
Mais bon, attendu que l’été fut, quand même, avant cette petite canicule, relativement pourri (je parle de ma Bretagne adorée où hormis quelques jours potables, on a croulé sous les averses et le ciel couleur de plomb), ben on a apprécié le trop chaud et sorti la grosse artillerie !
Malgré ma baisse de régime, j’ai puisé un reste d’énergie et bricolé en deux temps trois mouvements, THE bombes à eau, celles qui te rafraîchissent le bidou et font éclater les mômes de rire, et ça, ça m’a requinquée. Cherchant des idées fraîches sur Pinterest , je suis tombée sur ces bombes à eau.
Bien plus fun que le ballon de baudruche rempli d’eau, ces munitions sont hypra-faciles à réaliser, même avec des éponges Frenchy ;-)
J’ai trouvé des spontex, colorées, mais pas à bord droit, comme aux Etats-Unis d’Amérique…
Qu’à cela ne tienne, le résultat final est très sympa quand même…
La mise en œuvre est simplissime, voyez !

waterbomb1.jpg
On coupe, dans la longueur, les éponges en 4, puis on les assemble (moi j’ai mis 3 sur 3 contrairement au "modèle" car nos éponges françaises ont l’air plus épaisses, ou alors il aurait fallu les couper dans l’épaisseur aussi, pour les mettre par 4 sur 4 et avoir ainsi plus de « branches »), et on noue en serrant très fort bien au milieu à l’aide d’une ficelle. Et voilà !

waterbomb2.jpg
Pour le séchage, passoire ou filet à linge font l’affaire !


Voilà pour ce petit bricolage vite-fait, bon marché et ça éclate toujours les enfants, les jeux d’eau !

Publié dans au 17 on détourne...

Commenter cet article